Edition béninoise: plus de 30 journaux en temps réel !
Revue de presse Lettre ouverte Conseil des ministres AfriqueCultureDiplomatieEconomieEditorialEducationLe MatinalLiens UtilesMondePolitiqueSantéSanté & EnvironnementScience et TechSociétéSportArchives Futu Xélu !! 
Populaires en ce momentSoumanou OkéAdrien HoungbédjiMathurin NagoFrédéric Behanzin

[Editorial] Un modèle apolitique peu porteur

Auteur: - Adjinakou - Article original. Indexé le dans Politique.
Applications mobile iOS et Android
Pharmacies de garde dans plusieurs pays africains
Et bien d’autres fonctionnalités!

[Editorial] Un modèle apolitique peu porteur


Aucun président béninois de ces vingt dernières années, soit de l'ère du renouveau démocratique, n'est issu d'un parti politique. De tout ce qui tient lieu de partis politiques au Bénin donc, aucun n'a pu hisser au sommet de l'Etat un de ses leaders, même pas en alliance avec d'autres formations politiques. Il s'est toujours trouvé un indépendant pour ravir la vedette aux politiciens, et généralement en complicité avec des formations opportunistes de la classe politique. Le cas le plus éloquent est celui de l'actuel Chef de l'Etat béninois. L'autre récente tentative manquée de la même opération s'appelle Abdoulaye Bio Tchané, dont les souteneurs se sont regroupés dans la " coalition ABT " et dont le fonctionnement devrait se révéler pédagogique pour l'électeur béninois.

            Après avoir donné de la voix lors des élections de 2011, la coalition ABT ne compte à son actif depuis plus d'un an maintenant que quelques sorties sporadiques, pour prendre position sur certains sujets d'intérêt public. On peut citer la liste électorale permanente informatisée (Lépi) et les réformes du secteur portuaire et de la filière coton>
En termes de réactivité politique ou du contrôle de l'action gouvernementale, cette coalition est quasiment absente. Autrement, dans le rôle d'opposition politique, elle ne compte pas. Et c'est là ce qui doit alerter l'électeur pour qu'il se dise que les formations politiques non circonstancielles sont celles qui sont les plus indiquées pour recueillir son suffrage, car elles sont à même de faire de l'opposition dont il de notoriété publique qu'elle entretient une démocratie. Tout comme les présidents béninois élus depuis 20 ans et plus maintenant, le leader de la coalition ABT est apolitique, puisqu'il n'est pas connu officiellement comme étant militant d'un parti politique. C'est donc autour d'un homme que se mobilise par exemple la coalition et sa seule raison d'être, jusqu'à nouvel ordre, c'est l'aspiration dudit homme à diriger le pays. Dès que l'Homme disparaît ou que cette aspiration en lui change, les activistes de la coalition se rangent aussi, ou alors s'il en est qui ont leur parti, ils iront chercher un autre aspirant à qui vendre leurs services. A l'opposée, malgré les débâcles répétées et les illusions des organisations politiques comme le Parti du renouveau démocratique et l'Union fait la Nation, elles restent les gardiens du temple démocratique national. Par leurs élus au Parlement, elles essaient de faire le contrôle de l'action gouvernementale. A leur initiative et sur leurs pressions, l'idée de corriger par exemple la Lépi est désormais partagée de toute la classe politique. Autrement, l'électeur a beau les rejeter, elles restent indispensables au système, au profit du peuple. Et ce qui les maintient sur la scène dans la durée, c'est leur statut bien clair de parti politique. Pour espérer ne pas être victime de l'envie des électeurs d'essayer autre chose que les modèles apolitiques adulés jusque-là, les mouvances du profil de la coalition ABT devraient faire assez tôt leur mue : il s'agit de prendre la forme normale de parti politique et que le leader prenne l'étoffe de Chef de parti. L'intérêt est d'abord pour la démocratie qui se ferait un potentiel avocat de plus ; ensuite pour les militants qui appartiendraient à un cadre politique pérenne non dépendant des caprices d'un individu. Pour l'électeur, l'avantage de préférer les vrais politiques aux indépendants, est que les premiers sont plus sensibles à la sanction dans les urnes et peuvent sous cette pression mieux chercher à réaliser le dessein du peuple, plutôt qu'un individu coopté hors de la classe politique, souvent entouré de beaucoup d'opportunistes, et qui n'ayant rien à perdre sur l'échiquier politique, peut se moquer des cris du peuple qui ne saurait plus à quel saint se vouer.
.
Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site Adjinakou. Jolome News n'offre aucune forme de garantie sur le contenu de cet article.

Ajouter votre commentaire


Publicité -  Jolome Bénin © 2007-2014 - news (arobase) jolome.com