Edition béninoise: plus de 30 journaux en temps réel !
Revue de presse Lettre ouverte Conseil des ministres AfriqueCultureDiplomatieEconomieEditorialEducationLe MatinalLiens UtilesMondePolitiqueRubriquesSantéSanté & EnvironnementScience et TechSociétéSportArchives Futu Xélu !! 
Populaires en ce momentSoumanou OkéYayi BoniEmmanuel AkponaFrédéric Behanzin

Le collectif «Sauvons le Togo» s’attaque à l’impunité

L'autre Fraternité - Article original. Indexé le dans Afrique.
Applications mobile iOS et Android
Pharmacies de garde dans plusieurs pays africains
Et bien d’autres fonctionnalités!

Le collectif «Sauvons le Togo» s’attaque à l’impunité

Le collectif « Sauvons le Togo » était, encore une fois dans la rue samedi 28 juillet. En plus de revendiquer des réformes, les manifestants protestaient cette fois contre l’impunité qui, selon eux, perdure. Les manifestants ont parcouru des rues de Lomé, avant de se recueillir sur la tombe d’un opposant, Tavio Amorin, tué en juillet 1992 à l’âge de 33 ans par les forces de l’ordre.


Samedi, toute la moitié de la journée, ils ont occupé les rues, sillonné toute la ville jusqu’au cimetière où repose Tavio Amorin.

Munis de pancartes pour dénoncer l’impunité, un seul leitmotiv pour cette foule déchaînée dans la rue : l’impunité doit cesser au Togo.

Raphaël Pandé Adjaré est avocat, et président de la Ligue togolaise des droits de l’homme (LTDH)Pour lui, « Il s’agit de commémorer ceux qui ont été assassinés. Et dans certains dossiers comme Tavio Amorin particulièrement, il y a des auteurs qui ont été identifiés, mais rien n’a été fait pour les inquiéter. Il faut mettre fin à tout ça ».

23 Juillet 1992, Tavio Amorin, 33 ans, membre du Haut conseil de la République, Parlement de transition de l’époque, est mitraillé à bout portant dans un quartier de Lomé. Sur les lieux du crime, on retrouve deux pièces d’identité appartenant à deux agents de la police togolaise. Depuis, ces deux agents n’ont jamais été inquiétés.

Alexandre Amorin, le frère de Tavio, espère toujours que ce crime ne restera pas impuni : « Ça veut dire que le peuple togolais a besoin de vérité et de justice. On parle de démocratie, mais le premier pas de la démocratie, c’est la vérité et la justice ».

Plus de vingt ans après le début du processus démocratique au Togo, plusieurs rapports ont été commandités par le gouvernement sur les crimes et les attentats ici ou là. Aujourd’hui, la question pour les manifestants dans la rue est que le gouvernement mette en œuvre les recommandations de ces rapports.

.
Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site L'autre Fraternité. Jolome News n'offre aucune forme de garantie sur le contenu de cet article.

Ajouter votre commentaire


Publicité -  Jolome Bénin © 2007-2014 - news (arobase) jolome.com