Edition béninoise: plus de 30 journaux en temps réel !
Revue de presse Lettre ouverte Conseil des ministres AfriqueCultureDiplomatieEconomieEditorialEducationLe MatinalLiens UtilesMondePolitiqueSantéSanté & EnvironnementScience et TechSociétéSportArchives Futu Xélu !! 
Populaires en ce momentYayi BoniEmmanuel AkponaMathurin NagoFrédéric Behanzin

Pour trop large couverture de l’affaire Icc : Yayi réduit Rfi au silence

Quotidien Nokoué - Article original. Indexé le .
Applications mobile iOS et Android
Pharmacies de garde dans plusieurs pays africains
Et bien d’autres fonctionnalités!

Pour trop large couverture de l’affaire Icc : Yayi réduit Rfi au silence

          (La France et les associations de professionnels de médias protestent)

Le paysage médiatique béninois vient de connaitre une nouvelle dérive avec la suspension des antennes de Radio France internationale (Rfi) en bande Fm sur le territoire national durant plusieurs heures de la journée d’hier. Une suspension qui intervient alors que la radio avait annoncé la diffusion d’une émission sur la vaste escroquerie des faux placements d’argent. Après une vive réaction de l’ambassadeur de France au Bénin reçu en catastrophe à la présidence de la République, les bandes Fm suspendues ont repris du service.

Près de 12 heures de suspension pour toutes les bandes en Fm de Radio France internationale (Rfi) sur le territoire béninois. Une nouvelle qui a provoquée un véritable émoi au sein de l’opinion publique. Surtout que la suspension est intervenue alors que beaucoup d’auditeurs de cette radio attendaient de suivre l’émission « Appels sur l’actualité » qui se proposait de revenir sur l’affaire Icc-Services, du nom de l’institution des faux placements d’argent ayant escroqué des dizaines de milliards de f Cfa auprès des populations. Dès les premières heures du jour indiqué pour l’émission, impossible pour les auditeurs béninois de retrouver Rfi en bande Fm. A Cotonou, Parakou ou Porto-Novo, c’est la même désolation. Les plus avertis se sont rabattus sur les ondes courtes afin de pouvoir suivre en direct l’émission en question animée de mains de maitre par Emmanuelle Bastid. Un auditeur reçu en direct sur l’émission a fait sensation en révélant à l’antenne le brouillage des fréquences en bande Fm de Rfi.


L’émission s’est poursuivie sans accroc avec la participation de beaucoup d’auditeurs reçus en direct depuis le Bénin et d’autres des pays voisins ou de la diaspora en région parisienneLa plupart des intervenants sont revenus sur l’initiative des députés de poursuivre le chef de l’Etat, Yayi Boni devant la Haute cour de justice. Beaucoup y ont vu une certaine vitalité de la démocratie béninoise tout en déplorant les relations trop poussées entre le gouvernement et les réseaux d’escroquerie investis dans les faux placements d’argent. Malheureusement, l’émission n’a pu être suivie par une grande majorité d’auditeurs du Bénin privés des relais Fm.

                                       Mutisme du gouvernement

Jusqu’à la mi-journée les bandes suspendues ou brouillées n’avaient pas encore été remises en service. De sources proches de la présidence, on a annoncé une descente en catastrophe de l’ambassadeur de France au Bénin, Hervé Besancenot qui a suivi quelques instants plus tard de la reprise des émissions sur les bandes Fm suspendues. Déjà, l’alerte passait en boucle à toutes les éditions de radio BBC-Afrique elle-même en bande Fm dans plusieurs villes béninoises durant toute la matinée d’hier. Elle s’est appuyée sur une dépêche de l’agence Afp qui évoque une interpellation de correspondante de Rfi à Cotonou, Raïssa Gbédji. Le monde entier découvre une autre facette du gouvernement Yayi. Une mauvaise publicité dont aurait pu se passer le Bénin dont l’image est sérieusement écornée par cette affaire de faux placements d’argent dans laquelle est impliquée de haute personnalité de l’Etat et des proches parents du chef de l’Etat. Ce dernier fait d’ailleurs l’objet d’une demande de traduction devant la Haute cour de justice pour forfaiture et haute trahison.

Pour se justifier de cette brutale suspension, le gouvernement avance que Rfi en a fait trop autour de l’affaire Icc-Services en pleine célébration du cinquantenaire de l’ascension à la souveraineté internationale. Ce qui est considéré comme une atteinte à l’image du pays à l’extérieur et un sabotage des autorités en place. C’est d’ailleurs pour cela que la suspension est intervenue à la veille d’une nouvelle émission sur l’affaire surtout que cette fois-ci le thème à débattre se focalise plus sur le rôle du chef de l’Etat dans la protection des responsables de ce gigantesque arnaque.

                Indignation chez les professionnels des médias du Bénin

Visiblement, les ordres de suspension ou de brouillage des bandes Fm de Rfi sont venus du gouvernement et non de la Haute autorité de l’audiovisuelle et de la communication normalement compétente. En effet, la manière utilisée est totalement en contradiction avec les procédures habituelles de la Haac. Cette dernière agie souvent sur la base de décision prise en plénière et rendues publiques par voie de presse. On n’a jamais vu la Haac procéder par le piratage des fréquences comme ce fut le cas hier. Ce n’est pas la première fois que les antennes locales de Rfi ont été brouillées ces derniers jours. Déjà la semaine dernière, les auditeurs ont été privés d’émission durant quelques heures sans qu’aucune explication officielle n’ait été donnée.

Cet épisode ne manquera pas de laisser des traces sur le plan diplomatique. En effet, les partenaires traditionnels du Bénin ne sauraient admettre cette aggravation des atteintes à la liberté d’expression et à la liberté de presse qui sont des principes sacrés en démocratie. Jusque là, aucune réaction officielle n’a été enregistrée du côté du gouvernement béninois. La direction de Rfi ne s’est pas encore exprimée non plus. Le gouvernement béninois vient donc de franchir un nouveau palier dans ses élans de musellement de la presse locale surtout par rapport à l’affaire Icc-Services.

Par Adrien Bidossessi

.
Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site Quotidien Nokoué. Jolome News n'offre aucune forme de garantie sur le contenu de cet article.

Ajouter votre commentaire


Publicité -  Jolome Bénin © 2007-2014 - news (arobase) jolome.com