Edition béninoise: plus de 30 journaux en temps réel !
Revue de presse Lettre ouverte Conseil des ministres AfriqueCultureDiplomatieEconomieEditorialEducationLe MatinalLiens UtilesMondePolitiqueSantéSanté & EnvironnementScience et TechSociétéSportArchives Futu Xélu !! 
Populaires en ce momentAdrien HoungbédjiEmmanuel AkponaMathurin NagoFrédéric Behanzin

Faits divers: La femme d’un colonel se disant proche du président Alpha Condé, verse de l’eau bouillante sur ses locataires

Le Matinal - Article original. Indexé le dans Afrique.
Applications mobile iOS et Android
Pharmacies de garde dans plusieurs pays africains
Et bien d’autres fonctionnalités!

Faits divers: La femme d’un colonel se disant proche du président Alpha Condé, verse de l’eau bouillante sur ses locataires


Quatre mois de prison ferme et cinq mille francs guinéens d’amende ; c’est la peine que le tribunal de première instance de Mafanco a infligé à Fanta Kaba, la femme d’un colonel de l’Armée de l’air, Sanoussy Camara, qui a expressément versé de l’eau bouillante sur ses locataires, une femme et un enfant âgé d’un an et cinq mois.


Le jeudi 21 juin, au cours de ses explications des faits, la prévenue a reconnu sans ambages les faits qui lui étaient reprochés. Mais, les parties civiles qui s’attendaient au moins à une peine de trois ans de prison seront déçues par le président audiencier qui a prononcé une peine de moins d’un an.

Quoi que sur l’action civile, Fanta Kaba a été condamnée au payement de dix millions de francs guinéens, les parties civiles n’entendent pas s’arrêter là. Elles veulent interjeter appel, mais craignent du fait qu’elles n’ont pas de relation pouvant les aider.

Toutefois, après la décision du TPI, Sékou Traoré, le père de l’enfant et Mamoudou Samoura, le mari de la femme brûlée, se sont déchainés contre la justice guinéenne en général et le tribunal de Mafanco en particulier. A leur yeux, cette condamnation ne veut absolument rien dire vu les préjudices qu’ils ont subis.

« Même s’ils relâchaient cette femme, ça serait mieux. Je suis choqué à plus d’un titre par cette décision. Je vous avoue que ce pays est loin d’être changé. Quand mon enfant a été brûlé, j’ai saisi immédiatement la gendarmerie d’Enta. La femme du colonel a été arrêtée, mais je vous dis qu’on a eu tout le problème de ce monde. Des chefs militaires se sont impliqués dans le dossier pour le piétiner … Ils sont parvenus à le bloquer. C’est seulement par la grâce de Dieu que nous avons pu transférer l’affaire devant le tribunal de Mafanco », nous a expliqués M. Traoré, le père de Mohamed Traoré, l’enfant brûlé.

Sékou Traoré et son colocataire, ont décrié le comportement du colonel dans cette affaire. « Quand sa femme a commis le crime, il est resté 72 heures sans même venir s’enquérir de l’état de santé des victimes. C’est quand il est allé à la gendarmerie pour régler le problème de sa femme que les gendarmes lui ont dit que ces gens sont vraiment remontés contre vous>
C’est ainsi qu’il est venu vers nous. Il a garé sa voiture, et nous a demandés de monter pour l’hôpital. J’avais beaucoup de respect pour lui, mais ce jour, yeux dans yeux, j’ai osé lui dire la vérité. Je lui ai dit, même si ta voiture tue un poulet, tu dois chercher le propriétaire pour le pardonner, à plus forte raison un être humain qui a été victime d’un tel crime. Il nous a dit qu’il attendait un moment pour corriger sa femme », a relaté Sékou Traoré. Il a poursuivi : « d’ailleurs il avait dit à un de ses amis, un certain Jacques, qui est un gendarme, qu’il allait me déloger. J’ai répliqué en lui disant que je resterai dans cette maison jusqu’à ce que mon enfant soit guérit, parce que c’est là qu’il a eu le mal ». Après son acte, Fanta Kaba aurait dit que sa maman est une camera-woman du président Alpha Condé. Et pour cela, qu’elle n’avait rien à craindre. « La justice de Mafanco vient de nous prouver que cette dame est réellement une proche d’Alpha Condé. Aujourd’hui, on parle de changement, mais ce n’est pas un changement qui nous amène vers le progrès, mais plutôt un changement qui nous amène en arrière », a dit le père choqué. De son côté, le mari de Hawa Fofana, pense que cette décision est due au fait qu’ils n’ont pas de relation, ni de l’argent. Il ne croît même pas si la condamnée va purger les 4 mois de prison qu’elle a écopés. « Comment quelqu’un qui peut décider librement de chauffer de l’eau pour verser à ses semblables peut être condamné à quatre mois de prison. Où se trouve donc ce changement dont on parle ? Il n’y a pas de changement ! Les traces des brûlures sur mon enfant, et sur la femme de mon voisin resteront toujours, pendant ce temps elle ne sera même pas inquiétée… », a dit M. Samoura. Au lendemain de la décision, le père de l’enfant brûlé nous a signalés qu’ils ont appris que la décision du juge a été monnayée par 6 millions de francs guinéens. En revenant sur les explications faites, devant les magistrats, la victime Hawa Fofana a signalé que tout a commencé lorsqu’elle voulait acheter de la bouillie. « D’habitude, quand la vendeuse de la bouillie vient, elle s’arrête à la devanture de la maison de Fanta, et nous y allons pour en acheter. Mais ce jour, elle m’a demandé de quitter sur son ‘’ territoire ‘’. C’est là que c’est parti la querelle. Elle m’a attaqué la première, moi je suis parvenue à la faire tomber par terre. Les gens sont venus nous séparer, mais elle n’avait pas digéré le fait que je l’ai fait tomber par terre. Ainsi, elle m’a surpris dans ma chambre avec un morceau de bois. On est même tombé sur mon bébé de trois mois. Mon mari a crié en disant que nous allons tuer l’enfant. Quand on nous a départagées pour cette deuxième fois, elle a promis qu’elle me tuerait. C’est ainsi qu’elle a demandé à sa fille d’aller chercher du charbon pour qu’elle chauffe de l’eau. Elle a mis d’abord de l’huile d’arachide dans la marmite, avant d’ajouter de l’eau par après. Quand ça bien chauffé, elle l’a versé sur moi avant d’aller jeter le reste sur l’enfant de mon voisin … », a expliqué la victime. Fanta a refusé de répondre à nos questions. Quant à son mari, nos tentatives de le joindre sont restées vaines jusqu’au moment où nous mettions cette dépêche en ligne. Tokpanan Doré Conakry, Guinée 224.67.37.24.16
.
Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site Le Matinal. Jolome News n'offre aucune forme de garantie sur le contenu de cet article.

Ajouter votre commentaire


Publicité -  Jolome Bénin © 2007-2014 - news (arobase) jolome.com