Edition béninoise: plus de 30 journaux en temps réel !
Revue de presse Lettre ouverte Locales Diaspora Conseil des ministres AfriqueCultureDiplomatieEconomieEducationPolitiqueScience et TechArchives Futu Xélu !! 
Populaires en ce momentSébastien AjavonPatrice TalonEmmanuel AkponaFrédéric Behanzin

ATACORA-DONGA : Des vaccins pour l’amélioration de la santé animale dans les deux départements

Auteur: - Aube Nouvelle - Article original. Indexé le dans Société.
Applications mobile iOS et Android
Pharmacies de garde dans plusieurs pays africains
Et bien d’autres fonctionnalités!

AUBENOUVELLE.INFO | 19 janvier 2011 | 13 : 54

ATACORA-DONGA : Des vaccins pour l’amélioration de la santé animale dans les deux départements

Le conseiller technique à la Promotion de l’Elevage et de la Pêche du ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, Dr Latifou Sidi, a lancé jeudi à la salle de conférence du centre régional pour la promotion agricole de l’Atacora et de la Donga, le projet ‘’Vaccins pour le contrôle des maladies animales négligées en Afrique’’ (VACNADA), en présence du représentant du directeur du Bureau interafricaine des ressources animales de l’Union Africaine(UA-BIRA), Dr Mamadou Niang, des acteurs de l’élevage et des maires des communes des deux départements.

Initié par l’UA-BIRA, agissant pour le compte de la Commission de l’Union Africaine et le Programme de facilité alimentaire de l’Union Européenne (UE), le projet intervient en réponse à la flambée des prix des denrées alimentaires en vue d’aider les pays les plus vulnérables à s’inscrire dans une sécurité alimentaire de long terme par la réduction des effets néfastes provoquées par les maladies animales. Le projet contribuera à l’atténuation de la pauvreté et à la réduction des conséquences de la crise alimentaire parmi les communautés rurales africaines les plus vulnérables en améliorant la santé du bétail>

En effet, VACNADA a été conçu pour contribuer à l’amélioration du contrôle des maladies animales transfrontalières net des zoonoses en Afrique en facilitant le développement et la mise en œuvre d’un programme continental destiné à améliorer la gouvernance des services vétérinaires. Aussi, il s’agira de réduire l’impact de la peste des petits ruminants (PPR) chez les ovins et les caprins, la pleuropneumonie contagieuse caprine (PPCC) chez les caprins, la péripneumonie contagieuse bovine (PPCB) chez les bovins et la maladie de Newcastle (MN) chez la volaille, grâce à un accès accru et à l’utilisation de vaccins de qualité. Quant on sait que la filière avicole béninoise compte environ 15 millions de volailles dont 80% sont élevées en basse-cour et sans suivi sanitaire et zootechnique et que l’aviculture traditionnelle représente un bien précieux pour les populations rurales pour qui, elle constitue une source importante de revenus, de protéines animales pour l’alimentation des ménages, élément essentiel de la sécurité alimentaire et que la volaille et ses produits sont fortement prisés pour les pratiques cultuelles et traditionnelles desdites populations et, à ce titre, revêtent une importance majeure dans la vie socioculturelle engendrant de nombreux échanges et mouvements d’animaux, elle est toutefois mise à mal par des maladies telles que la maladie de Newcastle responsable à elle seule, de plus de 70% des cas de mortalité des volailles en milieu rural, affectant grandement les rendements en termes de production et de rentabilité. Financé par l’Union Européenne à hauteur de 20 millions d’euros, les activités à mener à travers VACNADA comprennent entre autres, l’obtention de vaccins de qualité à partir de laboratoires africains producteurs pour leur mise à disposition des pays bénéficiaires, la vaccination des populations animales cibles dans les 24 pays bénéficiaires dont la République du Bénin, l’amélioration de la production en qualité et en quantité des vaccins produits en Afrique et le renforcement de système de contrôle de qualité indépendant desdits laboratoires africains producteurs de vaccins.

Ces activités une fois achevées permettront d’améliorer la santé du bétail, de contribuer à l’atténuation de la pauvreté et à inverser les conséquences négatives de la crise alimentaire au sein des communautés rurales africaines les plus vulnérables, s’est réjoui le représentant du Bureau interafricaine des ressources animales de l’Union Africaine (UA-BIRA), Dr Mamadou Niang, rappelant les défis énormes qui attendent le projet VACNADA dont la complexité du programme et surtout le laps de temps très court pour son exécution, optimiste qu’avec l’enthousiasme et le professionnalisme des différents acteurs, le projet sera efficacement mis en œuvre et cela, pour le bonheur des braves populations rurales africaines.

Le Dr Maurice Thomas Gbaguidi, chef santé animale au MAEP et actuel coordonnateur national de VACNADA, a présenté la maladie de Newcastle, sa définition, ses manifestations cliniques, son épidémiologie, ses incidences économiques et sa prophylaxie avertissant que les vaccins thermostables ainsi que leur solvant, déjà disponibles à la direction de la réglementation et du contrôle (DRC) du CeRPA/Atacora-Donga, ne doivent pas être administrés aux animaux malades et que la formation des vaccinateurs villageois de volailles (VVV) est prévue pour la semaine prochaine et que la dose de vaccin est à 20FCFA. En lançant le projet, le conseiller technique à l’Elevage et à la Pêche du MAEP, Dr Latifou Sidi, s’est réjoui de l’avènement du projet VACNADA pour une amélioration de la santé animale dans les élevages traditionnels, par la vaccination contre la Newcastle, qui contribuera à réduire de façon spectaculaire les mortalités dues à cette maladie encore appelée ‘’pseudo peste aviaire’’ dans les départements de l’Atacora et de la Donga. Les participants ont recommandé que les autorités locales fortement impliquées dans la mise en œuvre du projet aident à la mobilisation et que les Organisations non gouvernementales (ONG) ainsi que les autres personnes ressources entrevoient une synergie d’actions et des modalités de mise en œuvre efficiente en vue de conduire VACNADA au succès pour le bien-être des populations rurales africaines. Le projet VACNADA est coordonné par l’UA-BIRA en étroit partenariat avec les autorités vétérinaires nationales des pays bénéficiaires, le Centre panafricain des vaccins vétérinaires de l’Union Africaine (UA-PANVAC), l’Alliance mondiale des médicaments vétérinaires (GALmed) et le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD). Le Bénin, le Burkina-Faso, la République démocratique du Congo, l’Ethiopie, la Gambie, le Kenya, le Mali, la Mauritanie, la Namibie, le Sénégal, la Tanzanie, le Togo, l’Ouganda et la Zambie sont, entre autres, les pays africains concernés par le projet dont les activités s’étendent sur la période de janvier 2010 à août 2011. La coordination régionale dans l’Atacora et la Donga est assurée par le Dr Jean-Pierre Séro.
ABP

.
Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site Aube Nouvelle. Jolome News n'offre aucune forme de garantie sur le contenu de cet article.

Ajouter votre commentaire


Publicité -  Jolome Bénin © 2007-2014 - news (arobase) jolome.com