Edition béninoise: plus de 30 journaux en temps réel !
Revue de presse Lettre ouverte Conseil des ministres AfriqueCultureDiplomatieEconomieEditorialEducationLe MatinalLiens UtilesMondePolitiqueRubriquesSantéSanté & EnvironnementScience et TechSociétéSportArchives Futu Xélu !! 
Populaires en ce momentPatrice TalonSoumanou OkéYayi BoniEmmanuel Akpona

Assemblée Nationale : Les partisans de Yayi s’embrouillent déjà

La Presse du Jour - Article original. Indexé le dans Politique.
Applications mobile iOS et Android
Pharmacies de garde dans plusieurs pays africains
Et bien d’autres fonctionnalités!

Assemblée Nationale : Les partisans de Yayi s’embrouillent déjà

9 juin 2011  

La séance plénière de l’Assemblée Nationale convoquée le mardi 7 juin dernier pour procéder  à l’élection des membres des organes dirigeants des commissions permanentes de l’institution parlementaire a été reportée à ce jour. A l’origine de ce report, la brouille entre les partisans du Dr Boni Yayi.

Les députés de la mouvance présidentielle ne s’entendent pas. Ils sont déjà à couteau tiré autour de leurs propres intérêts. Le mardi 7 juin dernier, c’est à cause de leur divergence que la séance plénière de l’Assemblée Nationale convoquée par le Président Mathurin Nago pour procéder à l’élection des membres des organes dirigeants des commissions permanentes de l’institution parlementaire a été reportée à ce jour>

Selon des indiscrétions, les choses ne se sont malheureusement pas arrangées malgré ce report de 24 heures. « Les ministres qui n’ont pas été reconduits à leurs postes respectifs dans le premier gouvernement du second quinquennat du Dr Boni Yayi et qui ont eu le bonheur de se faire élire député manifestent toujours le désir de présider certaines commissions permanentes de l’Assemblée Nationale », renseignent nos sources. Certains d’entre eux ne se reconnaissent d’ailleurs pas à travers le schéma arrêté le mardi dernier à l’Assemblée Nationale après une longue concertation. Ce schéma qui fait des députés Hélène Aholou Kèkè, Grégoire Laourou, Chabi Sika Karimou, Epiphane Quenum et Isidore Gnonlonfoun respectivement Présidents des commissions des lois, des finances, de l’équipe, de l’éducation et des relations extérieures ne les engagent pas, disent-ils. Pour ces anciens ministres du Dr Boni Yayi, il n’est pas question pour eux de jouer les seconds rôles au sein de la majorité parlementaire. Et c’est  pour cette raison qu’ils exigent mordicus la tête de certaines commissions. Comment le Président Mathurin Nago va-t-il trancher cette fronde ? C’est la question que beaucoup d’observateurs se posent en ce moment. Cette situation rappelle étrangement celle qui avait prévalu au début de la 5è législature et qui a occasionné l’émiettement de la majorité parlementaire acquise à la cause du Dr Boni Yayi. A l’allure où vont les choses, les mêmes causes pourraient produire les mêmes effets. Pour le moment, chacun croise les doigts et attend ce qui va se passer aujourd’hui à l’Assemblée Nationale.

Euloge Badou

.
Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site La Presse du Jour. Jolome News n'offre aucune forme de garantie sur le contenu de cet article.

Ajouter votre commentaire


Publicité -  Jolome Bénin © 2007-2014 - news (arobase) jolome.com