Edition béninoise: plus de 30 journaux en temps réel !
Revue de presse Lettre ouverte Locales Diaspora Conseil des ministres AfriqueCultureDiplomatieEconomieEducationPolitiqueScience et TechArchives Futu Xélu !! 
Populaires en ce momentSébastien AjavonPatrice TalonYayi BoniEmmanuel Akpona

La paix au-delà des mots !

La Presse du Jour - Article original. Indexé le dans Politique.
Applications mobile iOS et Android
Pharmacies de garde dans plusieurs pays africains
Et bien d’autres fonctionnalités!

La paix au-delà des mots !

5 juin 2009  

Officiers, sous officiers, hommes de rang, société civile et hommes politiques sont depuis le mardi 02 juin 2009 à l’école de la Paix. Une initiative du ministre d’Etat chargé de la défense nationale, saluée par tout le monde et dont on parlera encore longtemps. Qu’est-ce qui a pu bien inspirer le ministre Kogui N’Douro pour qu’il en arrive à l’organisation d’une telle rencontre ? Si l’on s’inscrit dans la logique que rien ne se fait au hasard, on ne peut que louer cette anticipation du ministre à prévenir toute sorte de violence dans notre pays car, tout part en réalité de la tête de l’homme. C’est l’homme qui, pour une raison ou une autre, consciemment ou inconsciemment est responsable des situations de violence qui, pour la plupart finissent par lui échapper. Point n’est besoin de citer des exemples. Le Bénin, fort heureusement n’a jamais connu une situation du genre, mais cela ne veut pas dire que nous en sommes totalement épargnés. Au contraire, pour maintenir cette bonne image dans la sous-région, nous devons davantage nous remettre en cause et nous comporter vraiment comme des hommes de paix. C’est pourquoi au cours de ce séminaire, il serait important que les langues se délient vraiment et que le politique puisse dire au militaire ses inquiétudes aujourd’hui par rapport au maintien de la paix dans notre pays. Cela est d’autant plus intéressant que, la vérité est que, ce séminaire intervient à un moment où la paix dans notre pays est sérieusement menacée ; et ceci du fait de la politique>

Qu’il nous souvienne les incidents de Glazoué lors des communales d’avril 2008. Nous avons vu des forces de l’ordre pourtant bien armées assister impuissantes et sans aucune réaction à des pillages des biens de paisible populations au point où a eu l’impression qu’au lieu de protéger, leur mission pour la circonstance était de veiller sur les pilleurs. On a vu au cours des mêmes élections des gendarmes, affectés manu militari de leurs postes parce qu’ils ont empêché des manifestants proches du pouvoir de troubler l’ordre public. Il y a longtemps que nos populations n’ont plus eu droit à de  telles injustices. On a vu dans ce pays sous  le changement des hommes en uniformes se mettre aux trousses d’un représentant du peuple, comme s’il était un malfrat, sans aucun mandat d’arrêt. Heureusement que les magistrats et les avocats se sont mobilisés pour dire « niet » à une telle dérive. On a vu, il n’y a pas si longtemps des hommes en uniforme suivre les traces de certains députés dont le péché mignon est de penser autre chose que ce que tout le monde chante. Autant d’exemples qui constituent des germes de remise en cause de la paix. Au sein de notre armée, beaucoup de militaires ne cachent pas que le chef d’Etat Major général fait chaque jour des efforts pour une cohésion au sein de la famille. Mais malgré cela, les lettres ne manquent pas non plus dénonçant la propension à ne privilégier qu’une ethnie au détriment des autres créant ainsi d’énormes frustrations. Ces exemples pour montrer d’abord l’importance d’une telle rencontre. Ensuite, il n’y a pas de doute que le premier pôle de concentration des efforts pour que notre pays continue d’être un foyer de paix reste l’armée dans sa globalité. Notre armée, au cours de la conférence nationale de février 1990 avait fait l’option de se contenter désormais de son rôle de maintien de la paix. Malheureusement ce n’est plus le cas aujourd’hui. De hauts gradés de l’armée sont devenus des démarcheurs politiques. C’est eux qui tiennent des propos régionalistes. Des réalités connues de tout le monde, mais difficiles à dire. A présent que le ministre Kogui N’Douro nous offre l’opportunité d’en parler, pourquoi ne pas en profiter si cela peut contribuer à changer quelque chose. La paix va au delà des mots. La paix, c’est avant tout un comportement.

Marie-Richard Magnidet

.
Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site La Presse du Jour. Jolome News n'offre aucune forme de garantie sur le contenu de cet article.

Ajouter votre commentaire


Publicité -  Jolome Bénin © 2007-2014 - news (arobase) jolome.com