Edition béninoise: plus de 30 journaux en temps réel !
Revue de presse Lettre ouverte Locales Diaspora Conseil des ministres AfriqueCultureDiplomatieEconomieEducationPolitiqueScience et TechArchives Futu Xélu !! 
Populaires en ce momentSébastien AjavonPatrice TalonYayi BoniMathurin Nago

Journée de réconciliation nationale : Le boycott annoncé : encore des soucis pour Yayi

La Presse du Jour - Article original. Indexé le dans Politique.
Applications mobile iOS et Android
Pharmacies de garde dans plusieurs pays africains
Et bien d’autres fonctionnalités!

Journée de réconciliation nationale : Le boycott annoncé : encore des soucis pour Yayi

24 novembre 2008  

Le Conseil des ministres en sa séance du 20 novembre 2008 a décidé de consacrer les journées du jeudi 27 et vendredi 28 prochains à une réconciliation entre les différentes forces vives de la nation. Un rendez-vous auquel beaucoup de partis politiques refusent déjà de participer. De quoi donner encore des soucis à Boni Yayi.

Le rendez-vous de la réconciliation est peut-être déjà considéré comme un «bébé» mort dans l’œuf. En dehors du gouvernement, des forces Cauris et d’une partie de la société civile, plus personne ne croit vraiment à ce rendez-vous. D’ailleurs, dès la diffusion du compte rendu du Conseil des ministres, beaucoup de partis politiques ont annoncé leur refus de participer à ce qu’ils appellent de la mascarade. Au niveau des forces coalisées, le refus a été spontané, sans aucune concertation. Personne n’y croit vraiment>

Au contraire, la décision du gouvernement est perçue comme une manière de les empêcher de tenir leur forum de concertation le 27 novembre prochain. Tous pratiquement parlent de non événement. Une situation qui une fois de plus démontre jusqu’à quel point le gouvernement a perdu toute crédibilité.

De la précipitation

Jeudi dernier le député Fcbe André Dassoundo à propos de ce rendez-vous avait déjà des doutes par rapport à la précipitation avec laquelle il est convoqué. On peut dire que les faits tendent à lui donner raison. Boni Yayi ne veut vraiment pas d’une réconciliation entre les forces vives de ce pays. A vrai dire on dirait que la situation de crise l’arrange. Le reste, c’est qu’il veut faire croire aux Béninois qu’il est ouvert au dialogue et que c’est l’autre camp qui est dans la logique d’affrontement. Sinon comment comprendre que pour une décision de cette importance, le gouvernement n’ait pas pris contact d’abord avec tous les partis politiques.

De même, une telle rencontre aujourd’hui nécessite t-elle tout ce monde ? La crise dont souffre le Bénin est politique et non sociale. Il n’y a aucune crise entre la classe politique et la société civile. Au contraire le gouvernement en réalité n’a de problème qu’avec le G13, le G4 et Force Clé. Pourquoi ne pas régler d’abord la situation à ce niveau au lieu de vouloir élargir le cercle à la dimension d’une conférence nationale des forces vives ? Même certains compatriotes de la société civile ont perçu cette initiative comme un piège et une volonté manifeste du gouvernement de ne voir la crise politique trouver une solution. En voulant mettre tout le monde ensemble, cela donne l’impression d’un panier à crabes. Les forces coalisées semblent avoir compris.

Au niveau de la société civile, on ne semble pas aussi donner du crédit à ce rendez-vous qui du reste, qui ressemble à du déjà vu. Plusieurs responsables d’organisations de femmes n’entendent pas participer à ce marché de dupe.

Grégoire Amangbégnon

.
Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site La Presse du Jour. Jolome News n'offre aucune forme de garantie sur le contenu de cet article.

Ajouter votre commentaire


Publicité -  Jolome Bénin © 2007-2014 - news (arobase) jolome.com